Cancer de la peau : les bons gestes pour se protéger

Le cancer cutané, qu’est ce que c’est ?

La peau, organe le plus important du corps humain en terme de surface, peut être le siège d’un cancer. Le facteur de risque le plus important est lié à des expositions aux rayonnements UV du soleil. Mais les appareils de bronzage émettant des UV artificiels sont aussi considérés comme “cancérogène certain pour l’Homme” selon le Centre International de Recherche sur le cancer.

Il existe plusieurs types de cancers de la peau différents.

Les plus fréquents sont les Carcinomes ( 140 000 nouveaux carcinomes end 2019 en France). Ils représentent 70% des cancers cutanés. Surtout fréquents après 50 ans, on en voit malheureusement de plus en plus chez des patients plus jeunes …

Il y en a deux sortes :

  • les plus fréquents sont les carcinomes baso-cellulaires ( 80% des carcinomes.) Cela commence sur peau saine, sur une zone qui a été beaucoup exposée au soleil, même des années auparavant. Cela commence par un petit bouton rosé qui semble guérir par moments et qui récidive, en grossissant au fur et à mesure du temps. Le visage est la zone la plus touchée, ainsi que le décolleté ou le cuir chevelu chez les chauves. Mais on en voit aussi sur les bras et les jambes des personnes s’étant exposées en short ou bras nus. Ils peuvent être infiltrants dans la peau et causer des dégâts ( par exemple sur le nez) s’ils ne sont pas enlevés quand ils sont de petite taille.
  • Les Carcinomes épidermoïdes, sont plus rares ( 20% des carcinomes). Ils surviennent sur une lésion pré-cancéreuse, le plus souvent une Kératose actinique. Mais on peut en voir apparaître sur une cicatrice de brûlure, ou après une exposition aux rayons X. Ils peuvent métastaser à d’autres organes s’ils ne sont pas enlevés de manière précoce.

Les cancers de la peau les plus graves sont les Mélanomes. ( 14 000 nouveaux mélanomes en France en 2019 et près de 2 000 décès)

Un mélanome peut apparaître n’importe où sur le corps. Il peut se manifester par l’apparition d’une nouvelle tache brune sur la peau, ou par la modification d’un grain de beauté existant.

Les mélanomes cutanés représentent 10 % des cancers de la peau et ont un fort potentiel

métastatique. L’augmentation du nombre de mélanomes cutanés depuis les années 1980 est la

conséquence d’une exposition croissante aux rayonnements ultraviolets (UV).

Pour le repérer, il est très important de suivre la méthode ABCDE. Pensez à surveiller régulièrement votre peau en observant s’il y a un changement suspect d’un grain de beauté. Au moindre doute, il est nécessaire de consulter. Vous pouvez également parler du dépistage des cancers de la peau à votre médecin.

Dépister précocement, le mélanome peut être guéri.

D’autres cancers de la peau existent mais sont beaucoup plus rares, comme les lymphomes qui représentent moins de 1% des cancers de la peau.

Les facteurs de risques ( surtout pour les mélanomes)

Certaines peaux sont plus sensibles que d’autres aux rayons UV. On distingue ainsi 6 phototypes avec des caractéristiques différentes :

Source : https://biologiedelapeau.fr/spip.php?mot166

Ainsi, les personnes à la peau et aux yeux clairs, aux cheveux roux ou blonds, qui portent des éphélides (taches de rousseur) sont plus à risques de développer un cancer de la peau. Il faut alors d’autant plus se protéger du soleil.

De même, les personnes travaillant en plein air n’utilisant pas de protection ou pratiquant du sport en extérieur sont parmi les sujets les plus à risque.

Les autres facteurs de risque

  • de nombreux grains de beauté (plus de 50) ;
  • des antécédents familiaux ou personnels de mélanome ;
  • des coups de soleil sévères avant l’âge de 14 ans surtout
  • l’ immunodépression
  • la fréquentation des cabines UV

Une maladie professionnelle ?

En Allemagne, pour l’année 2020, le cancer de la peau était la maladie professionnelle numéro un dans la construction. Les routiers mais aussi couvreurs ou charpentiers étaient également particulièrement touchés. En France, les cancers cutanés ne sont pas encore reconnus comme des maladies professionnelles, même si la situation progresse dans ce sens.

Les routiers, particulièrement exposés au soleil pendant leurs journées, font partie des professionnels les plus à risque.

La reconnaissance de cette maladie comme professionnelle permettrait aux patients de bénéficier de prestations sociales particulières, comme la prise en charge des soins à 100%, des indemnités journalières supérieures en cas d’arrêt de travail et une indemnité en cas de séquelles définitives.

Malheureusement, les cancers sont aujourd’hui encore sous-déclarés, sous-reconnus et sous-indemnisés à cause du manque d’informations fiables sur les expositions antérieures des personnes. La formation des médecins du travail pour répondre à ces enjeux est alors primordiale.

Quelle prévention ?

Si la majorité des personnes connaît déjà les risques liés à l’exposition au soleil, les gestes de prévention restent méconnus et surtout pas assez appliqués. Des mesures simples permettent pourtant de réduire l’exposition aux rayons UV et donc de diminuer les risques de développer un cancer de la peau.

Tout d’abord, des mesures de protection individuelle sont à mettre en place, et ce, dès le plus jeune âge. Il faut notamment éviter l’exposition au soleil pendant la période estivale entre 12h et 16h. Mais cela ne suffit pas. Il est essentiellement recommandé de porter des vêtements ( de préférence anti UV) , des lunettes de soleil et un chapeau ou une casquette, et d’appliquer une crème solaire sur les parties découvertes -à renouveler toutes les deux heures- lors des journées ensoleillées d’été.

💡 Attention aux idées reçues : les coups de soleil ne renforcent pas la peau ! Au contraire, ils accélèrent son vieillissement et augmentent les chances de développer un cancer.

Pour les travailleurs, des solutions techniques peuvent également être mises en place : tentes de protection, voiles pare-soleil, parasols… Cela permet d’offrir un lieu de travail ombragé et de limiter l’exposition aux rayons UV. Pour les agriculteurs pour lesquels il est difficile de travailler à l’ombre, des vêtements traités anti-UV existent. Il faut privilégier les manches longues et un indice de protection (UPF) au minimum de 30. Pour les métiers exposés, il est également conseillé de privilégier le travail tôt le matin ou après 16h.

Conclusion

La majorité des cancers de la peau est liée à l’exposition solaire. C’est pourquoi il est primordial d’adopter des règles simples pour s’en protéger, notamment pour les personnes les plus à risques. Il est également nécessaire de surveiller sa peau et l’aspect de ses grains de beauté, afin de détecter au plus tôt la maladie.

Agir rapidement est donc vital, c’est pourquoi la prévention et le diagnostic précoce sont

essentiels.

Sources :

https://www.anses.fr/fr/content/les-dangers-du-bronzage-artificiel#:~:text=Le bronzage artificiel augmente les risques de cancer cutané&text=Les données épidémiologiques montrent que,de développer un mélanome cutané.

https://www.e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Se-faire-depister/Depistage-des-cancers-de-la-peau/Les-cancers-de-la-peau

https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Demarches-sociales/Cancers-d-origine-professionnelle

https://www.cancer-environnement.fr/340-Melanome-cutane.ce.aspx#:~:text=65 à 95%25 des mélanomes,(groupe 1 du CIRC).

https://www.cancer-environnement.fr/548-Non-melanome.ce.aspx

https://eurogip.fr/allemagne-le-cancer-de-la-peau-maladie-professionnelle-n1-dans-la-construction/

https://www.mutualia.fr/agriculteur/infos/sante-et-prevoyance/news/quels-sont-les-risques-de-lexposition-solaire-sur-la

Les
applications
du SNDV

Application SoleilRisk

Application MSTRisk