Les infections sexuellement transmissibles ( IST )

Définitions

  • Le terme de maladies vénériennes (inspirées par Venus) n’est plus guère utilisé. Il désignait des maladies infectieuses dues à des bactéries toujours transmises par voie sexuelle essentiellement la gonococcie (chaude pisse) et la syphilis . Ces maladies avaient fait l’objet d’une législation spécifique très contraignante jusqu’apres la seconde guerre mondiale. La large utilisation des antibiotiques les avait fait presque entièrement disparaitre.
  • Le terme de maladies sexuellement tansmissibles(MST) designe des infections dues à des bactéries et des virus transmise souvent (mais pas toujours) par voie sexuelle ; Le terme d’infection génitale basse correspond à des infections dues à des bactéries des virus des parasites des champignons dont la transmission génitale est possible mais très incertaine
  • Le terme d’infection sexuellement transmises (IST)est utilisé actuellement de préférence à celui de MST bien qu’il désigne les mêmes maladies mais il met l’accent sur le caractère souvent inapparent de ces affections et sur l’intérêt d’effectuer des dépistages systématiques.

Les IST les plus fréquentes

L’infection par les papillomavirus humains (HPV) :

  • Le VPH (virus du papillome humain) est l’infection sexuellement transmissible la plus courante. C’est un virus aussi courant que le rhume ou la grippe. Il se propage par le contact peau à peau lors des rapports sexuels.
  • Il existe de nombreux types d’HPV .Certains sont responsables des verrues génitales (condylomes) et d’autres plus rares de cancers. Les HPV sont habituellement éliminés par l’organisme. Certains HPV persistent et sont à l’origine du processus de cancérisation.

L’hépatite B :

  • L’hépatite B, ou VHB, est une maladie infectieuse du foie causée par le virus de l’hépatite B. Le VHB se propage principalement lorsque du sang ou d’autres fluides corporels contenant le virus pénètrent dans le corps d’une personne non infectée (c’est-à-dire une personne qui n’a pas eu l’hépatite B ou qui n’a pas été vaccinée contre celle-ci). L’infection peut également se transmettre d’une femme enceinte infectée à son bébé pendant l’accouchement.
  • Le virus de l’Hépatite B est cent fois plus contagieux que celui du SIDA. Il compte parmi les dix virus les plus mortels au monde.
  • Il n’existe pas un traitement pour permettre la guérison de ce virus. Cependant, le vaccin est susceptible d’éviter de l’attraper.

L’hépatite C :

L’hepatite C est transmise occasionnellement au cours de rapport ano-génitaux. Il existe un vaccin et un traitement possibles

L’herpès génital :

  • L’herpès génital est une infection virale causée par les virus herpès simplex de type 1 (HSV-1) ou de type 2 (HSV-2). Il est possible d’être infecté par le HSV-1 et le HSV-2 en même temps.
  • Les symptômes de l’infection initiale peuvent inclure des cloques et/ou des ulcères génitaux. Le premier épisode de symptômes peut durer de 2 à 21 jours ; cependant, un premier épisode peut se prolonger ou même devenir récurrent. Des épisodes récurrents d’herpès génital surviennent chez environ 20 % des personnes infectées.
  • Il est impossible de se débarrasser de ce virus une fois dans l’organisme. Il réapparaît sous la forme de poussées.

La syphilis :

  • La syphilis est une maladie sexuellement transmissible causée par la bactérie spirochète Treponema pallidum. Les symptômes se développent souvent dans les 3 semaines suivant l’exposition et peuvent prendre plus de trois mois pour disparaître. La syphilis peut être guérie par la pénicilline si elle est détectée
  • Il s’agit d’un ulcère génital et de ganglions .Ils vont disparaître spontanément mais la bactérie persiste dans l’organisme. La syphilis peut être guérie par la pénicilline si elle est détectée . Si elle n’est pas traitée, la syphilis se manifeste de nombreuses années après par une maladie cardiaque ou neurologique.
  • La syphilis primaire se caractérise généralement par un ulcère indolore (chancre) accompagné d’une lymphadénopathie régionale, de fièvre, de malaise et de maux de tête. La syphilis latente tardive se manifeste généralement par une neuropathie, des anomalies cardiovasculaires, un tabès dorsal et des lésions gingivales. Les mort-nés syphilitiques sont des complications tardives de la syphilis congénitale.

Le VIH-sida :

  • Le virus de l’immunodéficience humaine et le est responsable du syndrome d’immunodéficience acquise, communément appelé SIDA.
  • Il affaiblit le système immunitaire et rend la personne vulnérable aux “infections opportunistes”, comme la grippe et le rhume.
  • Une personne séropositive ( porteuse du VIH ) le reste toute sa vie. Le rôle des traitements est d’interrompre l’évolution du virus et de garantir une stabilité physique du porteur du virus. Aujourd’hui, le préservatif reste la seule protection contre le sida.
  • Actuellement il est surtout transmis par voie sexuelle. Le virus se multiplie rapidement dans l’organisme. Il infecte surtout certains lymphocytes qui protègent l’organisme contre les infections et les détruisent progressivement. Il colonise certains organes comme le cerveau où il est peu sensible aux traitements Il importe donc de traiter précocement si possible avant qu’il soit inapparent mais persistant toute la vie. On comprend ainsi l’intérêt préventif des traitements préexposition qui empèchent cette multiplication et localisation viscérale du virus.

Comment se protéger ?

Hygiène intime quotidienne

  • Il est recommandé de prendre soin de son hygiène intime tous les jours.

Les préservatifs :

  • C’est la solution la plus efficace de protection contre les IST. Cela peut être féminin ou masculin. Il existe aussi des digues dentaires sous forme de feuilles de latex afin de se protéger quand il s’agit d’une pratique du sexe oral
  • S’en procurer est très simple. On peut l’acheter en pharmacie, en supermarché, dans les distributeurs etc. C’est possible également de les avoir gratuitement dans les hôpitaux, cliniques, centres de dépistage, associations de lutte contre le SIDA etc.

La vaccination :

Le Syndicat National des Dermatologues (SNDV) encourage fortement à se faire vacciner. Il s’engage dans la politique vaccinale et plus particulièrement dans la vaccination contre les infections liées aux papillomavirus (HPV) afin de prévenir les cancers.

  • Il est important de signaler que les HPV peuvent être impliqués dans plusieurs localisations de cancers notamment le col de l’utérus, la cavité orale, le vagin, la vulve, le larynx, l’oropharynx, l’anus et le pénis.

Selon l’INCA, “chaque année, en France, 6300 nouveaux cas de cancers sont attribuables aux infections liées aux papillomavirus humains (HPV) alors qu’il existe une vaccination sûre et efficace.

  • Les cabinets de dermatologie-vénéréologie organisent une campagne d’information et incitent à la vaccination contre les HPV. Il est très important d’informer les parents et les adolescents, garçons et filles, sur les bénéfices de la vaccination et surtout lever la crainte sur ses effets secondaires.
  • Dans ce cadre le docteur Luc Sulimovic déclare : “L’augmentation de la couverture vaccinale est un enjeu de santé publique et le dermatologue est pleinement dans son rôle en sensibilisant les jeunes à la vaccination contre les HPV”
  • Le SNDV insiste sur le fait que la vaccination, c’est non seulement pour se protéger, mais aussi pour protéger les autres.

Source : INCa

Le dépistage :

  • Il est recommandé de se faire dépister régulièrement lorsque :
  1. l’on a plusieurs partenaires
  2. à chaque fois qu’on arrête le préservatif avec un nouveau partenaire régulier

Et d’utiliser un préservatif en cas de rapports sexuels avec d’autres partenaires

  • Il existe plusieurs types d’examens permettant le dépistage et le diagnostic :
  1. examen clinique des organes génitaux ;
  2. prélèvement local ou analyse d’urines ;
  3. prise de sang.

Conclusion :

Certes, les Maladies Sexuellement Transmissibles sont très dangereuses et contagieuses. Mais se protéger avec des préservatifs et se faire dépister permettent de prendre soin de soi et des autres.

Sources :

https://dermatos.fr/communique/campagne-dinformation-et-dincitation-a-la-vaccination-contre-les-hpv/

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/mst/ist/depistage

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/mst/ist/prevention

Téléchargez notre application MST Risk pour en savoir plus sur la prévention : https://www.mstprevention.fr/#application

Les
applications
du SNDV

Application SoleilRisk

Application MSTRisk