Les mycoses cutanées (peau, muqueuses, cheveux et ongles)

De nombreux types de champignons sont susceptibles d’être pathogènes pour l’homme. Les plus fréquents sont :

  • Les dermatophytes
  • Les levures du genre Candida
  • Le Mallasezia Furfur responsable du Pityriasis Versicolor

DERMATOPHYTIES

Les dermatophytes sont des champignons qui se développent uniquement dans la kératine ; ils touchent donc la peau, parfois les poils et les ongles mais respectent les muqueuses. Ils sont toujours pathogènes pour l’homme.

Aspects Cliniques

  • L’herpès circiné

Touche la peau sans poils ; il se présente sous forme de lésions arrondies, avec démangeaisons, qui évoluent de façon centrifuge ; la plaque desquame légèrement et en périphérie on voit une rougeur plus importante. Les agents en cause sont le plus souvent Microsporum Canis, parfois Trichophyton Rubrum.

C’EST LIÉ À UN CONTACT DIRECT AVEC LES POILS INFECTÉS D’UN JEUNE ANIMAL DOMESTIQUE ( chiot, chaton..)

  • L’atteinte des grands plis est due à Trichophyton Rubrum

Elle siège le plus souvent aux plis des aines et aux aisselles ( Les plaques rouges grattent et s’étendent )

  • L’atteinte des pieds

Elle est très fréquente et due le plus souvent à Trichophyton rubrum Le siège le plus fréquent est l’espace entre le 4 ème et le 5 ème orteil mais peut gagner les autres.

Le pli desquame avec parfois une fissure au fond du pli et une rougeur des faces d’accolement ; parfois il devient suintant et s’étend à la face dorsale du pied.

Les démangeaisons s’avèrent être importantes. Ce « pied d’athlète » s’accompagne souvent d’une atteinte des ongles.

  • L’atteinte des ongles

Elle est fréquente surtout sur les pieds. Elle est surtout due à trichophyton rubrum et donne une atteinte de l’ongle mais pas de son pourtour, avec début sur le bord libre de l’ongle qui s’épaissit, puis se décolle et s’effrite. À la longue, on peut aboutir à une destruction complète de l’ongle.

  • Les teignes

Elles sont dues à une pénétration des poils et des cheveux par les filaments mycéliens.

  1. Les teignes tondantes sont caractérisées par des plaques qui pèlent un peu avec des cheveux cassés.
  2. Les teignes microsporiques donnent des plaques de grande taille
  3. Et les teignes trichophytiques donnent de multiples petites plaques.

CANDIDOSES

Les Candida sont des levures de structure unicellulaire.
Il existe de très nombreuses espèces mais il faut surtout retenir Candida Albicans, saprophyte des muqueuses en particulier digestives, mais pas de la peau où il est pathogène.

Facteurs favorisants

  • Facteurs locaux : macération, chaleur et humidité, surtout dans les plis ; l’acidité physiologique ou induite par les antiseptiques, en particulier sur les muqueuses ; le contact répété avec le sucre.
  • Facteurs généraux : obésité, diabète
  • Facteurs médicamenteux : antibiotiques à large spectre, psychotropes,
  • Déficits immunitaires acquis ou congénitaux

Clinique

  • Les candidoses intéressent à la fois la peau et les muqueuses :

Atteinte des grands plis : aspect de plaques qui démangent beaucoup, rouge foncé, sur les 2 faces des plis, à la surface lisse, humide. On la voit souvent dans les plis inguinaux, axillaires, sous-mammaires, fessier (mais ici la contamination est d’origine digestive). Il existe souvent une surinfection bactérienne.

  • Candidoses entre les doigts plus rares :
  1. au niveau des pieds, moins fréquentes que les dermatophyties
  2. aux mains, surtout chez les ménagères ou les pâtissiers
  • L’atteinte des ongles est provoquée par l’humidité, la macération, le contact avec le sucre. Elle débute par une atteinte du pourtour de l’ongle, rouge, douloureux, avec souvent un faux panaris. L’atteinte de l’ongle est secondaire et débute sur le bord latéral de l’ongle, qui est brun ou verdâtre.
  • Les candidoses buccales se voient à tout âge
  1. Muguet du jeune enfant et du vieillard dénutri
  2. Glossite candidosique : soit enduit blanchâtre, soit glossite rouge vif vernissée, soit langue noire villeuse
  • Les candidoses génitales sont en très nette augmentation depuis l’âge de 30 ans.
  1. Chez la femme c’est une vulvo-vaginite très prurigineuse avec un muqueuse rouge vif, œdémateuse, avec des plaques d’enduit blanchâtre. Elle se voit souvent en cours de grossesse, mais surtout se voit chez les femmes sous pilule contraceptive, ou utilisant des savons antiseptiques
  2. Chez l’homme la balanite (atteinte du gland) candidosique débute dans le sillon entre le gland et le prépuce. ; On recherchera toujours une contamination sexuelle et un diabète.

PITYRIASIS VERSICOLOR

C’est la forme la plus fréquente des mycoses cutanées.
Elle est due à Mallassezia Furfur ( petite levure)

Facteurs favorisants

  • Chaleur et humidité
  • Exposition solaire
  • Facteurs endocriniens : grossesse, diabète
  • Immunosuppression thérapeutique

Clinique

Le Pityriasis versicolor siège sur la partie supérieure du tronc et les épaules, sous forme de
taches rosées ou chamois, légèrement squameuses.
Sur la peau bronzée, la forme est achromique, sous forme de petites taches blanches.

TRAITEMENTS ANTI MYCOSIQUES

Ils sont nombreux et comprennent certains antiseptiques, les antibiotiques et les imidazolés, puis des molécules plus récentes

  • Les antiseptiques :

De nombreux antiseptiques ont une action antimycosique et ils sont parfois associés dans certaines formes commerciales

  • Les halogénés :

Alcool iodé, polyvidone iodée (Bétadine®) Ils sont actuellement peu utilisés.

  • Les antibiotiques antifongiques
  • La Nystatine (Mycostatine®) et l’Amphotéricine (Fungizone®) ne sont actives que sur les candidoses. Non absorbées par la muqueuse intestinale, elles sont utilisées pour stériliser un foyer digestif. Elles peuvent aussi être utilisées sous forme de pommades ou d’ovules pour traiter les candidoses cutanéo-muqueuses.
  • Les imidazolés :

Ils sont actifs sur les candidoses, les dermatophyties, le PV et les bactéries Gram +.

On en a plusieurs à notre disposition : Bifonazole (Amycor®), Clotrimazole (Trimysten®), Econazole (Pevaryl®), Iconazole (Fazol®), Kétoconazole (Ketoderm®) Omoconazole (Fongamil®), Miconazole (Daktarin®).

Les imidazolés sont commercialisés sous de nombreuses formes galéniques : lotions, crèmes, poudres, gels, ovules, gels buvables.

  • Le Kétoconazole ( formes topiques seulement ) :

Crème, gel moussant, (Kétoderm® crème et gel moussant) pour le traitement des mycoses cutanées et du cuir chevelu, et une forme Monodose pour le traitement du PV en une seule fois.

  • Le ciclopiroxolamine est utilisé en crème et en lotion pour le traitement des mycoses cutanées (Mycoster®) ; il existe également en vernis (Mycoster® 8%) pour le traitement des onyxis sans atteinte matricielle. Un nouveau vernis : Onytec®
  • La Terbinafine est un antimycosique de la famille des allylamines (Lamisil®) :

C’est le plus récent des antifongiques. C’est un médicament actif sur les Dermatophytes et les levures. La Terbinafine diffuse à travers le derme jusqu’à la surface de la peau. Elle est présente dans les ongles dès les premières semaines de traitement.

La dose prescrite est de 1 comprimé par jour pendant 1 mois pour les mycoses de la peau et de 4 mois au moins pour les omycoses des ongles. En raison de la possibilité d’effets nocifs pour le foie (hépatite), il est obligatoire avant de prescrire ce médicament, de faire un bilan sanguin qui doit être répété tous les mois pendant le traitement.

La Terbinafine existe aussi sous forme de crème (Lamisil crème ®) utile dans les intertrigos des petits et des grands plis. Elle est active en quelques heures et le traitement est donc raccourci ( 10 jours)

Sources :

Monod M, Fratti M and coll. Dermatophytes transmitted by pets and Cattle. Rev Med Suiss 2014; 10/424/749,53

Robert Baran, Eckart Hanecke : Diagnostic différentiel des onychopathies Informa Healthcare 2007

Les
applications
du SNDV

Application SoleilRisk

Application MSTRisk